[Lu sur le Web] Le couple mixte est-il encore tabou à Hollywood?

Extrait de l’article « C’est une info qui, en France, n’a intéressé que la presse people. Normal. L’histoire est classique: l’acteur Jesse Williams de la série Grey’s Anatomy, en instance de divorce avec celle qui a partagé sa vie pendant treize ans, aurait retrouvé l’amour auprès de Minka Kelly, actrice révélée par la série Friday Night Lights. Aux États-Unis, néanmoins, ce n’est pas tout à fait le même genre de presse qui s’est intéressée à l’affaire.

En s’appuyant sur une vague de tweets, les très politisés The Daily Beast ou The Rootsoulèvent en effet «un angle» qui avait échappé à Voici, Gala et les autres: Jesse Williams est noir et Minka Kelly est blanche –ce qui est loin d’être anecdotique. Car l’histoire en rappelle une autre, pas beaucoup plus ancienne: celle de l’annonce de la relation entre la chanteuse FKA Twigs avec l’acteur de Twilight, Robert Pattinson.

L’angle est simple: un couple mixte, en Amérique, en 2017, heurte. Vous avez d’un côté des femmes noires se sentant trahies par des hommes, semble-t-il avides de respectabilité, qui leur préfèrent des femmes blanches (une longue «tradition» qui va de Kanye West à Harry Belafonte, de Michael Jordan à Taye Diggs, de Quincy Jones à Tiger Woods et maintenant Jesse Williams). De l’autre, vous avez des hommes et femmes blanches ouvertement racistes qui n’hésitent pas à invectiver avec les pires insultes et commentaires.

Une Amérique un peu plus métisse

Si l’élection de Barack Obama en 2008 a pu laisser croire que les vieux démons de l’Amérique ségrégationnistes avaient cédé leur place à une Amérique métissée «ébène et ivoire vivant ensemble en parfaite harmonie», les dizaines de tweets accusant Williams de «laisser tomber les femmes noires» et ceux traitant FKA Twigs de «singe» montrent qu’il n’y a pas forcément besoin de policiers blancs brutalisant ou assassinant de jeunes noirs ou l’élection d’un Président ouvertement raciste pour allumer le feu des tensions raciales en Amérique. Un titre de la presse people suffit.

Car, malgré des statistiques encourageantes –le chiffre des mariages mixtes avec un(e) noir(e) a presque triplé de 5 à 18% entre 1980 et 2017–, le sujet est encore sensible. Et cela ce traduit aussi sur les écrans, au cinéma ou à la télé, même si on aimerait voir Hollywood comme un haut lieu du progressisme en Amérique. Un éditorialiste du Washington Postécrivait encore récemment à quel point il avait été déçu par Flight«le peu convaincant portrait de l’aventure extra-conjugale de Denzel Washington avec… une femme blanche.»

 

Lire la suite sur slate.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *