[Lu sur le Web] Qu’est-ce que Breitbart News, le site de propagande que dirigeait le nouveau conseiller de Trump ?

Extrait  de l’article « Attaques, contre-attaque… la polémique enfle aux Etats-Unis autour de Stephen Bannon, le conseiller stratégique du futur président Donald Trump, et de Breitbart News, le site d’information qu’il dirigeait. La nomination, lundi 14 novembre, de M. Bannon a été saluée par une volée de critiques et des accusations de racisme, d’antisémitisme et de suprémacisme blanc. Ces réactions viennent tout à la fois du camp démocrate et du camp républicain.

Jeudi, la direction de Breitbart News a répliqué en indiquant qu’elle entend porter plainte contre « un grand média » qui a qualifié le site, « sans fondement et de manière diffamatoire, de site nationaliste blanc », rapporte le site The Hill. A ce stade, le nom de ce « grand média » n’a pas été précisé.

 

  • Qui est Stephen Bannon, comment se définit-il ?

Agé de 62 ans, il a été officier naval, banquier chez Goldman Sachs, réalisateur et producteur, avant de devenir le patron de Breitbart News, après la mort du fondateur de ce site, Andrew Breitbart, en 2012.

A Hollywood, il a produit quelques films (Indian Runner, Titus), mais a surtout signé des documentaires engagés, dont une hagiographie de Sarah Palin (du mouvement conservateur Tea Party) et un pamphlet contre le mouvement Occupy.

M. Breitbart avait dépeint M. Bannon comme le « Leni Riefenstahl du Tea Party », du nom de la cinéaste de la propagande nazie, a rapporté l’agence Bloomberg.

Avant le début de la campagne présidentielle, M. Bannon soutenait le candidat républicain Ted Cruz. Il s’est ensuite rangé derrière Donald Trump, comme l’a raconté le site The Hill.

A partir des attentats du 13 novembre 2015 en France, M. Bannon a commencé à inviter le candidat à participer à ses émissions diffusées sur les ondes de SiriusXM. Mais il n’a officiellement rejoint l’équipe de campagne de Trump qu’à la mi-août 2016, en remplacement de Paul Manafort, accusé d’avoir reçu des paiements obscurs en Ukraine, à une époque où le candidat républicain était en grande difficulté dans les sondages.

Selon le site d’information Daily Beast, M. Bannon ne se considère ni comme un « populiste » ni comme un « nationaliste américain », mais comme un « léniniste ». Prié de s’expliquer, il a précisé : « Lénine voulait détruire l’Etat et c’est aussi mon objectif. Je veux tout mettre par terre et détruire l’establishment », à savoir le Parti démocrate, le Parti républicain (GOP), la presse conservatrice traditionnelle ».

Lire la suite sur Lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *