[Lu sur le Web] Après les ratés de l’élection de Trump et du Brexit, faut-il encore se fier aux sondages ?

Extrait de l’article « Le plus souvent, on les accuse de «fabriquer l’opinion». Mais aujourd’hui, c’est la capacité même des sondages à prendre le pouls d’une société ou d’un électorat qui est remise en cause. Victoires de Trump aux Etats-Unis et du Brexit outre-Manche, mais aussi, en France, le 21 avril 2002 et, dans une moindre mesure le référendum européen de 2005… Les alertes ne manquent pas. Il faut le répéter : les sondages ne sont qu’une photographie, et non une prédiction. Ils pointent les dynamiques davantage que les niveaux. A fortiori à plusieurs mois d’une élection présidentielle dont tous les candidats ne sont pas encore connus.

Mais comment ne pas reconnaître que, dans notre démocratie sondagière, ils sont une donnée majeure et parfois centrale du débat public ? Une matière première dont les médias raffolent : durant la campagne de 2012, la Commission des sondages a évalué à 409 le nombre d’enquêtes sur la présidentielle publiées. Contre 293 en 2007, 193 pour 2002 et 157 en 1995… Et en ce qui concerne la primaire de la droite et du centre, un scrutin inédit au corps électoral inconnu, la fiabilité des études est clairement en débat ».

Lire l’intégralité sur Liberation.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *