[Economie] Qui sont les détenteurs de la Dette de l’Etat Français ?

Chaque année l’Etat emprunte 200 milliards d’euros sur les marchés financiers. Ce qui le place parmi les plus gros acheteurs de titres au monde. Mais qui achète cette dette ? qui détient le stock de 1600 milliards d’euros en circulation ?

Selon la Banque de France (qui détient des informations auprès des établissement teneurs de comptes titres. Car les banques déclarent leurs propres portefeuilles ainsi que ceux de leurs clients sans dévoiler leurs noms).

  • 61 % de la dette française est entre les mains d’investisseurs étrangers (dont la moitié sont des investisseurs de la zone euro).
  • 39% sont détenus par des résidents (dont 18% par les assureurs qui achètent de la dette française pour leurs produits d’assurance Vie).
  • Autre détenteur majeur, la Banque de France elle-même. En 1 an et demi son portefeuille a presque doublé. Elle détient aujourd’hui + de 10% de la dette française. Pourquoi ? Parce qu’elle agit pour le compte de la Banque Centrale Européenne qui a lancé en mars 2015 un vaste programme d’achat de dettes publiques.

Malgré toutes ces données l’Etat n’est pas capable d’identifier avec précisions ses créanciers. La Commission des Finances de l’Assemblée Nationale a mené son enquête et a trouvé deux raisons.

  • La première est d’ordre pratique : le traçage est compliqué car la dette française circule très rapidement (2 fois le stock de dette française change de mains chaque année. Soit un peu plus de 10 milliards d’euros chaque jour). Par ailleurs, la ramification des comptes au niveau international rend très compliqué le fait de connaitre les investisseurs finaux.
  • La 2ième explication est assez inattendue. L’Etat s’interdit tout simplement l’accès à cette information. La loi permet aux entreprises de connaitre leurs actionnaires et leurs porteurs d’obligations. Mais l’Etat n’a pas souhaité bénéficier de ce droit. La raison ? Les investisseurs, notamment les Banques Centrales étrangères et fonds souverains veulent préserver leurs anonymats. Si l’Etat français ne respecter pas cette règle il perdrait un avantage compétitif face aux autres grands emprunteurs.

Certains dénoncent évidemment cette opacité. Ils redoutent que la dette française puisse in-fine se retrouver dans les paradis fiscaux et que chaque année des milliards d’intérêts soient versés à des créanciers sans visages.

Mais pour l’Etat c’est un mal nécessaire pour emprunter facilement. L’important est de comprendre les mouvements de marché et non pas d’avoir la liste détaillée des investisseurs.

(Source Les Echos)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *